Château Monaise

Juste avant d'entrer à Trier-Zewen (Trèves-Zewen), il y a une route latérale qui bifurque de la route principale B49 vers la Moselle et mène au château Monaise.

Dans les années 1779 à 1783, le doyen épiscopal puis prévôt du chapitre Philipp Franz Graf von Walderdorff fit ériger une résidence estivale sur la rive ouest de la Moselle dans le style du classicisme précoce français. Comme architecte, il fit venir le maître d'œuvre français François Ignace Mangin. La façade principale du château de plaisance aménagé tout proche de la rive de la Moselle fut orientée nord-est, donc directement dans l'axe de vue de la ville de Trier (Trèves). Le nom Monaise signifie "Meine Muße" ("Mon loisir") et renvoie à la fonction initiale du petit château en tant que résidence estivale.

Le bâtiment est l'un des rares exemplaires de classicisme précoce français sur le territoire allemand. Le style architectural s'est formé en France à l'époque du roi Louis XVI, c'est pourquoi il est également appelé style Louis-Seize. A noter sa relative petite surface au sol: 10x20 mètres, comparée à la hauteur du château. La façade principale est marquée par un avant-corps central à triple axes avec quatre colonnes ioniques aux étages supérieurs et une loggia en arrière-fond. L'avant-corps central est couronné par un blason porté par deux lions. La maxime située en dessous "OTIUM CUM DIGNITATE" peut être traduit par l'adage suivant "Noble oisiveté". Le bâtiment est entouré par une balustrade en grès et quatre pavillons carrés.

Lorsque le maître de l'ouvrage, le duc de Walderdorff fut nommé en 1791 prince-évêque de Speyer, il vendit le château à Eleonore von Blochhausen, la veuve d'un magistrat ducal-luxembourgeois. Le bâtiment changea plusieurs fois de propriétaires. A partir de 1920, il appartenait aux "Hospices Unis" et en 1969, il devint finalement propriété de la ville de Trier (Trèves). Le château étant demeuré longtemps sans véritable utilisation, l'état de la bâtisse s'était nettement détérioré; néanmoins, des mesures de sécurité avaient toujours été entreprises. De nombreuses tentatives pour sauvegarder l'édifice échouèrent finalement l'une après l'autre face à la question du financement. Ce n'est qu'en 1992 que les choses bougèrent, après que la fondation allemande pour la protection des monuments ait donné son accord pour une aide à hauteur de 1,8 millions d'euros, représentant la moitié des frais de restauration calculés à l'origine. D'autres aides financières ont été apportées par le Land Rhénanie-Palatinat et par le ministère de l'intérieur. Ces dernières aides furent envisageables car le château Monaise représente un monument historique à caractère national. La population tréviroise elle-même s'engagea par la fondation d'une association de soutien pour la restauration du château.

La remise en état du château Monaise fut achevé en mai 1997. Les vastes expertises historiques et de restauration ont permis de nombreuses découvertes concernant l'aménagement d'origine du château. Dans la mesure du possible, ces résultats de recherche furent pris en compte dans la démarche d'assainissement constamment réactualisée, si bien qu'un travail en collaboration étroite avec le service administratif du Land pour la conservation des monuments à Mayence a permis d'atteindre un bon niveau de restauration. Cela mena cependant à un rehaussement des coûts de construction avoisinant 10 millions de DM, qui purent eux aussi en grande partie être financés grâce à des fonds versés dans le cadre de la protection des monuments.

Avec le château Monaise, qui abrite aujourd'hui entre autre une gastronomie haut de gamme, Trier (Trèves) bénéficie d'un bâtiment d'une importante signification historique et culturelle. La région possède ainsi une attraction supplémentaire d'une grande valeur culturelle.

Informations supplémentaires

Schloss Monaise, 54294 Trier-Zewen, Tél. +49 651 828670, Fax +49 651 828671, info@schloss-monaise.de
Site officiel : www.schloss-monaise.de

Pas de visites possibles.